Le guide de votre bien-être à domicile

Cryothérapie

Actualités

Mincir avec la cryothérapie : la technologie qui vous laisse froid ou bien le contraire!

De nombreux moyens peuvent être utilisés pour perdre ces calories: le sport, une alimentation adéquate,… mais il existe d’autres moyens moins connus comme le froid ! La cryothérapie ou thérapie par le froid est une tendance qui révolutionne le monde de la minceur. Vous ne le savez peut-être pas mais notre organisme utilise les calories présentes dans l’organisme pour se chauffer. Plus de la moitié de ces calories sont dépensées quotidiennement pour maintenir le corps à 37°, la température idéale. Et pour perdre du poids rapidement et efficacement, une réduction de l’apport calorique est nécessaire.

Il existe aujourd’hui de nombreux instituts qui proposent des cures minceur dans des cabines froides pouvant aller jusqu’à -170°. Le point faible est que ce traitement coûte assez cher .

Le panty froid JADIES de SKINEANCE
En partant de ce constat, nous avons travaillé en étroite collaboration avec des laboratoires scientifiques hautement spécialisés dans les nouvelles technologies, pour mettre au point un panty tissé en Fibre Cool Jade. Cette fibre révolutionnaire – renfermant en elle des microparticules de pierre de Jade – a la capacité de diminuer la température du corps qui va immédiatement réagir et fournir de l’énergie pour remonter sa température. Le corps va alors devoir puiser dans nos réserves de graisses et brûler les calories. En portant le panty, vous n’aurez pas la désagréable sensation d’avoir froid, la Fibre Cool Jade donne plutôt une agréable sensation de fraîcheur tout au long de la journée.

Quelques conseils supplémentaires faciles à appliquer au quotidien
-Mangez froid
Pour mettre ce conseil en application, il suffit de prendre une situation concrète et vécue par la plupart d’entre-nous. Lorsqu’on a froid, on a tendance à se précipiter sur une boisson chaude, comme le thé, le corps ne devra fournir aucun effort et va au contraire faire des économies. Il va donc garder ses réserves caloriques bien au chaud.
Par contre, pour digérer les aliments froids, le corps va devoir fournir un effort pour les remettre à la bonne température et cela engendrera instantanément une perte de calories.
-Buvez froid
Toujours partant du même principe. Beaucoup d’entre-nous boivent déjà 1,5 litre d’eau par jour. Saviez-vous que si cette eau est bien froide, elle peut vous faire perdre au moins 50 calories ! Une astuce simple et peu contraignante à appliquer au quotidien.
-Prenez des douches froides
Saviez-vous qu’une douche d’eau froide est excellente pour la santé? Elle donne un coup de fouet pour bien démarrer la journée. Mais ce n’est pas tout, l’eau froide active la circulation sanguine et favorise le retour veineux, mais permet également de perdre entre 120 et 150 calories par douche.
-Baissez un peu le chauffage surtout en hiver !
Exposer le corps à une température de 18°-19° pendant un laps de temps suffisant permet d’accélérer la dépense de calories. Par exemple, une étude japonaise révèle qu’une exposition quotidienne de 2h à 17° permettrait de faire reculer la graisse corporelle.

La cryolipolyse : la cryothérapie contre la cellulite

Traquer, cibler, déstocker la graisse…le froid extrême peut être la solution. La cryothérapie aide non seulement à régénération des muscles mais elle peut éliminer jusqu’à 80% des graisses du corps en traitant des zones ciblées. Combattre la cellulite par le froid est la meilleure alternative quand aucun régime ne réussit à déloger ces masses graisseuses qui sont installées dans des endroits stratégiques du corps. Selon de récentes études, sous l’effet d’un froid immédiat, qui descend jusqu’à -3°C, les cellules graisseuses s’éliminent naturellement sous 6 à 8 semaines.

La cryolipolyse est une technique qui utilise le froid pour éliminer la cellulite et lisser la peau. Elle consiste à l’utilisation d’une machine munie de cryode, c’est-à-dire une électrode qui produit du froid à l’aide d’une spatule en téflon et dont les petits moteurs aspirent la zone du corps à traiter. La température descend rapidement jusqu’à 0 et -3°C mais dans des limites de refroidissements établies par les professionnels. C’est seulement la zone à traiter qui va subir le froid extrême pendant environ une heure. Ce sont seulement les graisses qui vont souffrir de ce traitement même si pendant la séance la peau et le muscle sont aussi traumatisés, ils récupèrent vite une fois la cryode hors d’usage. Quelques picotements et des rougeurs peuvent apparaitre mais ce n’est que temporaire. Les experts affirment que 80% des graisses s’auto-éliminent grâce à cette technique car le froid les empêche aussi de se reproduire. Toutefois, il faut attendre 6 ou 8 semaines pour que le résultat soit visible car il faut ce temps pour que les cellules mortes s’éliminent naturellement.

Cependant, la cryolipolyse traite uniquement les graisses qui ne sont plus mobilisables. C’est-à-dire les graisses qui persistent malgré les régimes et les exercices physiques. On peut dire que c’est l’étape finale pour avoir un corps svelte et zéro cellulite.

Perdre 800 calories en 3mn, c’est possible avec la cryothérapie

Les stars comme Cristiano Ronaldo et Demi Moore vouent un culte du corps sans limite qu’elles sont toujours en quête de nouvelles techniques pour garder la forme. L’une des méthodes les plus prisées actuellement est la cryothérapie. Même si à la base, cette technique était destinée à favoriser la récupération musculaire, dorénavant, elle permet de perdre les calories en un temps record. En effet, seulement 3mn de séance de cryothérapie éliminerait 800 calories.

Cela ne fait que quelques années que la cryothérapie a le vent en poupe mais cette technique était déjà utilisée du temps d’Hippocrate comme antidouleur. Chez les Egyptiens, l’eau glacée servait à redonner de l’énergie et du tonus ainsi qu’à soigner les blessures et calmer les inflammations. Ce n’est qu’en 1978 qu’un scientifique japonais a remis la technique au jour en inventant la chambre de cryothérapie. A l’époque, la chambre ressemblait à un caisson dans lequel la température descend à -164°C grâce à l’injection d’air nitrogéné. Aujourd’hui, les centres de cryothérapie proposent à peu près la même chambre mais avec un confort plus approprié. La technique consiste à vous enfermer dans un caisson à moins de 160°C pour que le corps se mette en réaction de survie. Le corps lutte contre le froid en puisant toute son énergie. Le froid libère les endorphines, le cerveau est aéré, l’énergie physique redouble et le sang est oxygéné. Dans le domaine sportif, la cryothérapie c’est comme du doping mais de façon légale. La cryothérapie apporte aussi du bienfait à la peau. Le froid stimule aussi la production de collagène et élimine les toxines. La peau est revigorée et rajeunit d’un coup. L’effet est immédiat car les ridules disparaissent même après une séance.

Toutefois, la cryothérapie reste une technique à risque qui nécessite toujours l’assistance d’un professionnel. La technique doit toujours se faire dans un cadre spécifique et une consultation chez le médecin s’avère nécessaire avant sa pratique. Les machines sont réglées selon les caractéristiques et besoins de chaque patient car utilisées de la mauvaise manière, elles sont dangereuses pour la santé. D’ailleurs les personnes portant un pacemaker, hypertendues et asthmatiques ne peuvent en aucun cas pratiquer la cryothérapie.

Le froid pour traiter des cellules cancéreuses

Aujourd’hui la médecine a beaucoup évolué et les traitements sont de plus en plus efficaces. Si auparavant, la cryothérapie était appliquée pour des traitements locaux, il est désormais possible de l’appliquer à l’intérieur de l’organisme par le froid. Cette nouvelle technique permet de traiter les petites tumeurs car le froid engendre un effet progressif. Selon Jean-Claude Deharo, cardiologue spécialiste en rythmologie au CHU de La Timone, à Marseille, le froid endommage toute les cellules qu’il atteint, saines ou non. C’est pour cela que son application doit être précise pour ne pas abimer les tissus proches de la zone à traiter. C’est une technique efficace mais qui nécessitent également des matériels coûteux.

Des cryosondes pour acheminer le froid à l’intérieur de l’organisme

Pour traiter les cellules cancéreuses, l’utilisation des cryosondes sont nécessaires. Ce sont les matériels qui apportent le froid jusqu’aux cellules à détruire. Les cryosondes sont contrôlées par imagerie : échographie, scanner ou IRM. Les cellules subissent une température de -40°C pour former des glaçons à l’intérieur de la cellule et la détruire après. C’est la glace générée par le froid qui provoque un appel d’eau vers l’extérieur des cellules. Ces dernières se rétrécissent puis se gonflent à nouveau lorsqu’elles se réchauffent et finissent par éclater. L’application du froid se fait de manière successive pour éviter que le froid s’étende hors de la zone à traiter et abime des cellules saines. Les débris de cellules traitées sont naturellement éliminés par les globules blancs du système immunitaire. Grâce à cette technique, le risque de récidive est diminué et il ne dépasse pas les 5%.

Quinze centres pratiquent cette technique en France

Cette technique n’est pas encore très vulgarisée en France car seulement 15 établissements la pratiquent. En effet, la soude utilisée coûte 1000 euros l’unité et il n’y a pas de remboursement possible par la Sécurité Sociale. Toutefois, plus la zone à traiter est grande, plus le nombre de sondes augmente. Le froid pour les cellules cancéreuses est une technique recommandée, surtout, aux personnes âgées et fragiles car ce type de patient est plus susceptible de présenter des complications liées à l’anesthésie. Aux Etats-Unis, la cryoablation connait déjà un vif succès pour de nombreux types de cancers notamment le cancer de prostate et elle peut même se faire en dehors des blocs opératoires et sans anesthésiste.

Cryothérapie : un traitement à base de glaçon pour la déchirure musculaire

Une déchirure musculaire est tout simplement un muscle qui se brise ou qui se rompt. C’est un accident qui s’avère être grave car dans certains cas il nécessite une chirurgie. En général, la déchirure musculaire est causée par un excès de travail pour les muscles c’est-à-dire que l’effort dépasse les possibilités physiologiques des muscles. Ceci est dû par un mouvement ou un exercice incorrect ou mal pratiqué.

Les personnes susceptibles d’avoir une déchirure musculaire sont les sportifs comme par exemple le sprinter. En effet, être sprinter implique une position en tractation en lordose lombaire. Les ischio-jambiers et l’arrière de la cuisse supportent une charge de travail trop importante avec ce mouvement. Une déchirure musculaire se manifeste par une douleur soudaine et forte puis un hématome, un gonflement ou un ½dème. Elle immobilise et handicape l’athlète immédiatement.

Le meilleur traitement pour une déchirure musculaire est la cryothérapie. Dans les trousses de secours, il y a des coussins thermiques qui soulagent de suite. S’il n’y a pas de coussin thermique à porter de main, il est possible d’appliquer de la glace ou du froid sur la partie touchée. Il est fortement déconseillé de faire des manipulations encore moins de massage car il faut l’avis d’un médecin. Pour l’application de la glace, il faut un sac maintenu avec un bandage sur la partie douloureuse tout en veillant à ne pas trop serrer pour ne pas arrêter la circulation sanguine. Si la glace est trop froide, mettez une serviette entre la peau et le sac. Laissez le sac de glace pendant 12 mn au maximum et répétez le geste toutes les heures en gardant le membre blessé en élévation. Ce traitement doit être effectué plusieurs fois durant les 2 jours après la déchirure.

Cryothérapie : un traitement à base de glaçon pour la déchirure musculaire

Une déchirure musculaire est tout simplement un muscle qui se brise ou qui se rompt. C’est un accident qui s’avère être grave car dans certains cas il nécessite une chirurgie. En général, la déchirure musculaire est causée par un excès de travail pour les muscles c’est-à-dire que l’effort dépasse les possibilités physiologiques des muscles. Ceci est dû par un mouvement ou un exercice incorrect ou mal pratiqué.

Les personnes susceptibles d’avoir une déchirure musculaire sont les sportifs comme par exemple le sprinter. En effet, être sprinter implique une position en tractation en lordose lombaire. Les ischio-jambiers et l’arrière de la cuisse supportent une charge de travail trop importante avec ce mouvement. Une déchirure musculaire se manifeste par une douleur soudaine et forte puis un hématome, un gonflement ou un ½dème. Elle immobilise et handicape l’athlète immédiatement.

Le meilleur traitement pour une déchirure musculaire est la cryothérapie. Dans les trousses de secours, il y a des coussins thermiques qui soulagent de suite. S’il n’y a pas de coussin thermique à porter de main, il est possible d’appliquer de la glace ou du froid sur la partie touchée. Il est fortement déconseillé de faire des manipulations encore moins de massage car il faut l’avis d’un médecin. Pour l’application de la glace, il faut un sac maintenu avec un bandage sur la partie douloureuse tout en veillant à ne pas trop serrer pour ne pas arrêter la circulation sanguine. Si la glace est trop froide, mettez une serviette entre la peau et le sac. Laissez le sac de glace pendant 12 mn au maximum et répétez le geste toutes les heures en gardant le membre blessé en élévation. Ce traitement doit être effectué plusieurs fois durant les 2 jours après la déchirure.

La cryothérapie pour se soigner à -110°

Pour une cryothérapie réussie, le patient doit rester 30 secondes dans un sas à -60°C afin d’éliminer toute humidité de la peau, passer 2 minutes dans la chambre principale à -110°C avant de repasser dans le sas pour limiter le choc de la transition.

Une épreuve de la dernière minute

Dans ce processus, la guérison s’opère dans un froid létal et brutal où l’ambiance de la chambre engendre une respiration accélérée et non douloureuse ainsi qu’une sensation de froid intense. D’après le kinésithérapeute Pascal Grillon, propriétaire d’un cryopôle, la dernière minute est difficile à surmonter parce que le cerveau nous incite à combattre l’attaque et une fois sortie de l’isolement, la peau garde une température située entre 9 et 10°C avec des poils hérissés sans toutefois grelotter.

Diverses réactions physiologiques

Parce que le froid booste le système nerveux sympathique et la production d’endorphines, il va calmer et apaiser le patient. Les réactions peuvent varier d’une personne à une autre mais le processus permet de lutter contre l’inflammation et la douleur et incite même l’organisme à produire de l’énergie pour remonter la température corporelle. A noter que la cryothérapie est également une méthode efficace pour lutter contre les troubles du sommeil.

D’autres bienfaits de la cryothérapie

Traitement tendance à Paris et en Allemagne, la cryothérapie agit sur tout le corps et le tronc cérébral pour lutter contre les douleurs localisées. Chez les sportifs professionnels, l’approche permet de soulager les courbatures localisées dans les mollets, le haut du dos et les épaules, accélérer la récupération et prévenir les risques de blessures. Enfin, la cryothérapie est également utilisée en dermatologie et en rhumatologie dans les pays européens.

Rhumatisme : soigner le corps entier avec la cryothérapie

Depuis 2009, l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance ou INSEP dispose d’un centre de cryothérapie corps entier dédié aux sportifs qui ont du mal à bien récupérer après l’entrainement. D’après le docteur Hubert Tisal, la méthode consiste à instaurer une vasoconstriction cutanée qui limite l’½dème et l’irritation des tissus causés par l’entraînement. Actuellement, la chambre de cryothérapie à trois compartiments (- 10°, - 60°, - 110°) du service médical de l’INSEP est ouverte aux non membres de l’institut. La méthode est conseillée pour toutes les pathologies chroniques douloureuses de l’appareil locomoteur et la polyarthrite rhumatoïde, le pelvispondylite rhumatismale, la fibromyalgie ou l’algodystophie.

Un accord du médecin traitant

Présente dans les pays du nord de l’Europe depuis les années 1980, la cryothérapie n’est pas encore un traitement valide et sa pratique nécessite un accord venant du docteur pour éviter les risques de contre-indication comme l’allergie au froid, les acrosyndromes ou la présence de plaque métallique sous cutanée. Concrètement, le traitement consiste à une exposition de deux à quatre minutes dans la salle à -110°C après un passage dans les chambres à -10 et -60°C. Habituellement, le protocole se limite à une séance quotidienne durant cinq jours la première semaine du traitement et deux séances par jour la deuxième semaine. Puisqu’il n’est pas encore validé, le traitement n’est pas remboursable par l’Assurance-maladie alors qu’une séance coûte 40 euros. Pour conclure, le docteur Tisal confirme que les malades sont soulagés après les séances et même si c’est tout à fait transitoire, la cryothérapie est très efficace pour calmer les crises douloureuses

Leucorrhées : d’autres techniques pour en venir à bout

Toute femme sexuellement active présente des pertes vaginales. Qu’elles soient simplement d’origine physiologique ou servent de témoin de quelques maladies, leur présence peut devenir gênante. Gros plan sur une autre réalité de la vie féminine.

Communément appelées « pertes blanches », les leucorrhées sont des sécrétions blanchâtres secrétées par le vagin ou le col de l’utérus composées de glaire cervicale constituée par les cellules du col de l’utérus, de cellules vaginales et de bactéries ordinairement présentes dans le vagin.

L’importance des ½strogènes
Les leucorrhées normales surviennent surtout avant la période d’ovulation. Elles ne sentent pas mauvais et n’entrainent aucune démangeaison. Il s’agit d’une preuve de la bonne sécrétion d’estrogènes et aucun saignement et autre irritation de la vulve renforce ses caractères naturels. Pour ce qui est de la quantité des secrétions journalières, cette dernière diffère selon l’imprégnation hormonale de chaque femme et des cas de pertes abondantes peuvent créer des sensations d’inconfort.

Les autres périodes de la vie de la femme comme la grossesse et la ménopause influencent également le taux des leucorrhées. En cas d’ectropion (la muqueuse normalement présente dans l’utérus est extériorisée dans le vagin), les pertes sont abondantes mais cette particularité bénigne peut être traitée par laser ou par cryothérapie.

Les pertes blanches d’ordre pathologiques
Il existe également d’autres variétés pathologiques de pertes blanches dont les plus fréquentes sont :
- Les mycoses : la présence de champignons créé des pertes blanchâtres très épaisses qui engendrent une démangeaison, des brûlures, une rougeur de la vulve et une douleur lors des rapports sexuels
- L’infection par « trichomonas vaginalis » qui est une Infection sexuellement transmissible qui crée des liquides verdâtres, mousseux et odorants qui provoquent des brûlures.
- La vaginose bactérienne est un déséquilibre de la flore bactérienne vaginale qui crée des leucorrhées abondantes, liquides, grisâtres et malodorantes.

Enfin, il existe des cas plus graves comme le cancer de l’utérus et les hémorragies.